25.4.05

"Dans vos 8 heures, trafic Mirage F1 en rapprochement" (épisode 38)

- "X-Ray Hotel, le trafic Mirage F1 convergent dans vos 10 heures maintenant"
- "Euh... On a pris l'information trafic... et euh... on a pas le visuel, X-Ray Hotel"

Mon instruction PPL, pas si lointaine, ne m'avait pas vraiment préparé à répondre à ce genre de message radio. Nous sommes au nord-est d'AVORD. Il est 16h00. J'ai pénétré la classe D, avec une clairance et j'ai conservé 7000 au transpondeur. Le contrôleur militaire de la zone, très aimable, m'a autorisé à des évolutions au nord de sa zone. Nous sommes quatre dans le DR400-160 X-Ray Hotel avec pour objectif d'effectuer un survol de la (fameuse) maison familiale. Habitude classique de pilotailon du dimanche. Le truc du jeune breveté. Vous l'aurez compris, le village à survoler est situé en plein classe D d'AVORD entre Bourges et Nevers. Coincé également entre quelques zone R (resticted) en rouge sur les cartes. La couleur veut tout dire.

A 210 km/h et presque 2000 ft QNH, on avance doucement. "Doucement" est le terme approprié surtout lorsqu'on le compare avec la vitesse d'un Mirage F1 qui me fonce dessus. Dès l'annonce du secteur de rapprochement ("10h00... oui... là, c'est 12h00, là c'est 09h00... donc 10h00 c'est par là"), j'ai tourné rapidement la tête vers la gauche à la recherche du "chalumeau". Ce n'est pas tous les jours qu'on vous annonce un trafic "Mirage F1". Mes trois passagers ont fait de même (tout le monde tourne la tête, quitte des yeux un la route, un autre la vigne vue d'en haut, un troisième la ville de Sancerre), certainement tous plus inquiets que je ne l'étais. A ce moment, je suis plutôt curieux. Mais tout bien pesé, nous sommes identifiés radar. Le contrôleur m'a donné rapidement l'information trafic. Il l'a aussi communiqué au pilote de chasse ("le truc VFR, c'est moi"). Mais nous avons tout de même quatre paires d'yeux à la recherche d'un point noir dans le ciel. Ce n'est pas de trop. Autant l'identifier et le localiser ce chasseur.

Et puis soudain, je le devine. A peine un point noir, à peine plus haut. Plutôt loin. Mais ce point noir qui pourrait être un liner dans le ciel, grossis rapidement. Très rapidement. Trop rapidement même. C'est devenu un point noir... avec des ailes. Je jette un regard rapide au mode du transpondeur. Il est bien sur ALT, puis je vérifie le panneau des éclairages en haut à droite sur ce DR400. Strobe, Nav sur ON... le chasseur arrive par derrière, au dessus... il ne sert à rien d'allumer un feux d'atterrisage. Une balise de détresse... une fusée rouge à la rigueur ou un truc qui fait "coucou, hé ooohhh on est là".

Le contrôleur me rappelle.

- "X-Ray Hotel, le Mirage F1 dans vos 8 heures maintenant"
- "Dans mes 8 heures... on peut descendre vers 1500 ft... on pense avoir le trafic en visuel, Fox-Xay-Hotel"
Puis coincé entre plusieurs communications en anglais (décidément, il y a du monde sur AVORD en ce lundi), je devine :
- "(Indicatif incompréhensible), trafic VFR DR-400, (je ne me souviens pas de la suite)"

Et j'imagine le contrôleur militaire signifer qu'un truc en bois et en toile, qui se traîne se trouve sur son chemin. Et j'imagine le pilote du Mirage chercher un bidule VFR, une sorte d'obstacle (pour lui un "truc à éviter") à peine mobile dans le ciel.

Le point noir est devenu un avion de chasse. Je devine ses bidons d'essence sous chaque ailes. Il va me passer au dessus. Il arrive vite. Plus vite qu'un Piper J3 en tour de piste à Saint-Cyr (à mon niveau d'expérience, je suis désolé "on a les références que l'on peut..."). Il semble entamer un virage sur sa droite. Pour m'éviter ?

- "Je le vois ! Il est là ! Il va nous passer juste au dessus... génial !" annonce-je dans la cabine.
Derrière, j'entend alors immédiatement un cri d'effroi.
- "Hein !?!? Comment !?!? Tu dis que le chasseur va nous passer au dessuuuuusss !?!?"

Je lâche un "Mais oui, tout va bien... c'est pas grâve... c'est juste un avion de chasse" avec un léger sourire, tentant de rassurer tout le monde, comme je peux. La météo n'est pas idéale pour un vol d'initiation (ça secoue un peu et on vole un peu bas au raz des nuages) et en plus les chasseurs de l'armée nous foncent dessus. Ca commence plutôt mal pour un baptème. Mais ça aurait pu être pire... on aurait... ah non, j'ai rien dit.

Je tiens mon altitude. Je tiens mon cap. Rapide scan de la planche de bord. Tout est au vert. Il ne manque plus que je retienne mon souffle. Au contraire, il faut respirer. Il ne se passe rien de grâve. C'est juste la 1ère fois (il en faut bien une) que je suis confronté à cette situation. Je ne sais pas quoi faire d'autres pour éviter de faire une bétise. Caaaaaaalme. J'ai beau réfléchir, je n'ai pas fait d'erreur (tout du moins je le crois).

Le F1 vire au dessus de nous. Tout cela n'a pas plus duré que quelques secondes. Et je vois les trainées de condensation au bout de ses ailes. Comme à la télé. Comme dans mes rêves (sauf que je ne suis pas dans le bon appareil. Il faudrait être dans l'autre. On peut toujours trouver à vouloir être dans le fauteuil/cockpit des autres - jamais content). Comme dans les films, sauf qu'ici je suis dans un avion que je pilote et un chasseur me passe au dessus.

- "X-Ray Hotel, vous poursuivez, plus de trafic sur zone, veillez ma fréquence"
- "On poursuit... merci... X-Ray Hotel"

Le Mirage F1 s'éloigne par ma droite. Mes passagers ne le quittent plus des yeux. C'est l'attraction.

[...]De toutes les façons je l'avais locké sur mon radar. Il n'avait aucune chance. Il a bien vue qu'il ne pouvait rien faire contre mon DR-400. Rien faire contre mon pilotage. J'étais trop agile. Trop vif. Trop rapide. Je suis sûr qu'il a vu que j'allais tenter une maneuvre évasive et qu'il ne pourrait rien faire. Il aurait été débordé. Il s'est sentu battu et a préféré détaller.[...]

- "X-Ray Hotel, vous continuez votre vol autour de Cosnes ?"
Euh... hein... quoi ? kékédi ? Maverick ? Tanguy ? Laverdure ? Non, c'est AVORD Approche qui vient de me réveiller. Vol autour de Cosnes ? Ah, oui. Fin de la séquence "Top Gun". On retrouve le ronron bruyant du DR400.

- "On va ressortir de votre zone par le nord pour se poser à Cosnes... du X-Ray Hotel"
- "X-Ray-Hotel, Vous pouvez quitter la fréquence, au revoir".
- "On quitte... merci monsieur... du Fox-X-Ray-Hotel".

Allez. Assez rêvé. Retour à la réalité. Retour dans mon avion en bois et en toile.
Il est temps de remettre le nez dans la carte. De switcher sur 123.5. De faire son message en auto information avant d'arriver à Cosnes. De remonter 500 ft au dessus du tour de piste pour faire sa procédure d'intégration sur un terrain en auto information. De se situer parmi ces vignes, ces multiples routes, ces colines qui se ressemblent et de trouver le terrain d'où on est parti.

C'est pas tout ça, j'ai un avion en bois et en toile à poser. Mais un avion tout de même.

10 commentaires:

Anonyme a dit…

Merci pour les histoire passionnantes

Erwan
LFBB-ACH @ IVAO

Jaures (LIT016) a dit…

Salut vincent,

Merci de nous faire vivre ta vie de pilote par procuration avec d'aussi beaux récits.

Fred a dit…

Excellent comme d'habitude, Vincent.

Merci.

----

Fred
Aka Alpha Victor

Didier / Pilotlist a dit…

excellent ! merci

defcon a dit…

Assez enorme comme recit!!

avec une bonne dose d'humour !!

merci

Bruno (LFPZ addict) a dit…

Viens d'avoir Erwan au tel qui m'a recommandé la lecture de ton récit. Superbe en effet !!! J'avais déjà eu pour ma part un "Awaks au décollage dans vos une heure" en survolant la base d'Evreux lors de ma grande nav triangulaire. Mais là, croiser un Mirage, c'est le top. Merci pour ton récit ...

Alain a dit…

Salut Vincent

J'ai eu une fois la même aventure pas loin d'Avord dans la TMA de St Yan avec un copain qui volait pour la 1ere fois.

La tour: Fox kilo Xray info traffic deux chasseurs dans vos 10H00
Moi: OK pour l'info traffic pas visuel...

je m'arrache les yeux à essayer de voir ces fameux chasseurs, lorsque mon copain sans rire me demande:
"tu crois vraiment qu'on peut voir deux chasseurs à cette distance là ??"
Eh bien oui...Mon pote a réellement cru qu'on nous signalait la présence plus bas de deux mecs avec fusil et gibecière prêts à abattre le DR400
J'ai pas eu ta chance (ou ta vue) je les ai jamais vu!!
J'ai toujours cette blague à l'esprit maintenant et je délire souvent en imaginant les réponses idiotes que j'aurai pu faire ce jour là.

Bon vols

Xavier a dit…

Fantastique histoire, comme toujours... COntinue !

Xavier

Thibaud Caillet a dit…

Bravo Vincent, j'ajoute ton blog à mon BlogRoll

qu'utilises tu comme GPS ?

Je cherche un soft sur Pocket PC et cartographie aéro avec mise à jour si possible free...

Merci de ta réponse

Vincent B. a dit…

Bonjour Thibaud,
merci pour ton message. J'utilise un PDA Dell Axim X50v avec son GPS BlueTooth. Pour l'avion, j'utilise PocketFMS (www.pocketFMS.com). Gratuit. Bons vols !

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...