23.6.19

Promenade dominicale avec Florent en anniversaire au Farwest'09 ?


En fait, on passe plus de temps au sol à préparer, à nettoyer et à ranger la machine... qu'à voler !

Le Robin DR400 F-GFXZ appartient à l'aéroclub des Alcyons à St-Cyr-L'Ecole (LFPZ) et à Toussus-Le-Noble (LFPN) où a été capturé cette vidéo en accéléré et en TimeWarp (fonction de la GoPro HD7 Black). Les séquences en vol ont été enregistrées avec une Garmin VIRB Elite.

Merci à Florent pour l'invitation à ce vol matinal de remise en forme ! Tout cela a peut-être été déclenché par son son Facebook :



Il a exhumé une photo anniversaire d'il-y-a-10-ans. Un incroyable vol en patrouille dans la baie de San Diego avec 2 Cessna qui concluait Farwest'09.










18.6.19

Mon premier GIF animé : "Preflight... completed !"


via GIPHY

Ok, ce n'est pas la technologie de demain et je découvre ça juste aujourd'hui. Pas taper ! J'ai trouvé marrant de prendre cette courte séquence d'une prévol du N4975F et d'en faire... ça ;) Il n'est pas exclu que j'en fasse d'autres ! Restez planqués.

16.6.19

Lorsque je rencontre par hasard un lecteur du blog à Cosne-sur-Loire

Prosper est pilote à Lognes et son PA28 RV est caché au fond de l'image. Nous nous sommes retrouvés par hasard sur la fréquence 123.5 alors que nous nous intégrions à Cosne-sur-Loire, lui avec son Piper et moi avec mon Cessna.



Il est de notoriété publique que je suis le pire pilote pour mal choisir ma piste alors que Cosne-sur-Loire est en auto-formation. Il faut regarder la manche à air, connaître les contraintes du terrain (piste préférentielle) et choisir sa piste, puisqu'il n'y a personne en l'air. A moi de choisir.

Bon alors. Que dit la manche à air ?
Alors je souris, lorsque je rejoins le vent arrière avec mon Cessna et que j'entends le PA28 me suivre sur le même QFU. Il sait que je suis champion du monde du choix du mauvais QFU ?

Dernier virage pour la 11 à Cosne-sur-Loire

Vue depuis l'intérieur du Cessna
J'aime bien cette approche à Cosne, puisque j'ai choisi la piste 11 à Cosne-sur-Loire. La base au dessus de la Loire et la finale perpendiculaire au lit du fleuve sauvage.

Courte finale piste 11 Cosne-sur-Lorie
Une fois stationné, je m'approche du PA28 qui me suivait et nous discutons entre 2 passionnés. Et forcément, ma tête traînant sur Internet...

Je publie ci-après le commentaire de Prosper. Son texte est bien mieux dans le corps de ce post ;)

Aux commandes de mon PA28 RV, en provenance de Lognes, j’arrive pour la première fois à destination de Cosne-sur-Loire. 

A l’approche, un cessna me précède et s’intègre pour la 11. J’effectue une verticale pour la reconnaissance du terrain et jète un œil sur la manche à air, j’ai donc suivi le cessna devant moi qui avait fait le bon choix du QFU ;)

La base au dessus de la Loire et la finale perpendiculaire au lit du fleuve sauvage, je confirme, c’est juste magnifique.

Une fois stationné, je vois le pilote du cessna s’approcher de moi, je me suis dit tiens, j’ai peut être fait une bêtise, peut être que je stationne mon PA28 au mauvais endroit, je gêne peut-être ... Loin de tout cela ! C’était Vincent, et avons discutés entre 2 passionnés.

Pour mon retour vers Lognes, j’ai d’ailleurs décollé en piste 11 ;)

Merci à Vincent pour ses superbes vidéos publiées sur YouTube et son blog.

Bonne continuation

@+

Prosper

10.6.19

[FW19] Le plus court vol de ce Farwest'19 : 10 minutes vers Oceano (L52)


Samedi 4 mai. C'est déjà le 7ème jour. Après-Demain, Antoine reprendra l'avion depuis Los Angeles pour Paris. Je reste encore quelques jours. Il nous faut nous rapprocher de San Diego pour pouvoir ramener l'avion. Notre plan est donc de rester dans le coin de LA. Allons saluer Heading West. Tout d'abord, nous allons faire le plein d'essence à Oceano (L52). Un bon prétexte pour faire cette approche sur la mer et retrouver la plage que nous avons foulé à pieds la veille. Ensuite, je vais ajouter encore un terrain de ma WishList 2019 : Kern Valley (L05). Et nous finirons la journée par l'Hollywood Sign et une verticale VFR de LAX. Mais c'est une autre histoire.

Programme de la journée. Oceano (L52) puis Kern Valley (L05) et enfin Torrance (KTOA). Au total 240 nm en ligne droite. Mais on vole rarement en ligne droite. 
Encore une belle journée qui s'annonce. La chance est avec nous... côté météo.
Dans le FBO (ACI) de San Luis Obispo, il y a tout ce qu'il faut pour préparer son vol. En plus du Pilot Lounge qui souvent est plus la salle de repos des pilotes d'aviation d'affaire attendant leurs clients, il y a le salon d'attente des passagers. Nous, on préfère presque trainer par là. Toujours des trucs à manger. Oui, le frigo à gauche de l'image suivante est en libre service. On en voit de moins en moins, comparé à il y a 10 ans ("avant, c'était mieux") et on s'habitue vite au luxe. Même quand on voyage dans un Cessna 172. Lol.

Salon d'attente du FBO (ACI à San Luis Obispo) pour les passagers
Une bouteille d'eau fraîche, des bagages légers, CAVOK sur toute la journée, on fait quelques mètres pour rejoindre son avion. N'est-ce-pas une vision idyllique ?


Le vol est minuscule. En ligne droite, 8 nm séparent San Luis Obispo d'Oceano. Nous patientons un peu au FBO que la brume de mer se lève comme le prévoit le TAF. Cool, on est en vacances, CAVOK est annoncé pour tout le reste de la journée. Puis départ piste 29, virage à gauche et nous voilà déjà sur la côte. Le temps de quitter la tour, un 360 pour éviter de débouler comme une balle dans le tour de piste d'Oceano et nous voilà verticale, pour rejoindre le vent arrière 29 d'Oceano.

Histoire d'une intégration
La trace GPS vue dans GoogleEarth

Plage d'Oceano, un samedi de Cinco De Mayo

La même plage, la veille au soir, alors que les immenses pick-up et leur mobile home se succèdent.





On a retrouvé une ambiance caribéenne !

Début de vent arrière 29 main gauche. Sympa la vue, non ?

Courte finale 29 à Oceano (L52) comparée entre Flight Simulator et le réel

Nous faisons le plein de notre Cessna

L'entrée du Pilot Lounge d'Oceano (L52)
On a l'impression d'être dans un décor de Flight Simulator. Comme si des objets ici et là étaient disposés pour donner de l'authenticité et de la vie au terrain. Le biplan jaune, les vélos en libre service, le pilot lounge dans son jus, le distributeur automatique de boisson très américain, la bannière qui flotte au vent... et ici pas de contrôle, pas de gardien, pas de vigie. Une sensation de liberté exacerbée aux US sur ces petits terrains, si tranquilles et si accueillants.

Le pilot lounge en accès libre d'Oceano. Pas de code, pas de vigil.



Le Boeing Stearman de https://banner-airways.com/

Le biplan jaune (Boeing Stearman) est remplacé par un Piper Cub Jaune dans Flight Simulator

Des vélos sont en libre services pour les pilotes dans la grosse boite grise
En haut, c'est Prepar3D avec la scène gratuite d'Orbx ;)
On a fait le plein, il fait toujours CAVOK. Nous profitons "rapidement" d'Oceano puis accélérons un peu le pas, car nous ne voulons ne pas arriver à la fermeture du restaurant à Kern Valley. Nous avons un peu plus d'une  heure de vol. Encore un terrain nouveau pour ce Farwest'19

Le Farwest'19 jusqu'à l'étape d'Oceano




7.6.19

[FW19] Nous avons survolé les Boeing 737 MAX stockés de Southwest

"On en a pour une trotte". C'est ce qui se dit alors nous sommes établis en croisière. 8'500 pieds. En route vers San Luis Obispo. C'est bien de visiter de nouveaux terrains, mais il faut tracer un peu notre chemin. Nous voulons retrouver la côte Pacifique. Profiter de l'avion comme moyen de transport. La météo le permet. Depuis le début et avec ma Whishlist, nous sillonnons donc la Californie.

Antoine au nouveau fuel island de Big Bear
Nous repartons de Big Bear (L35) vers l'Est pour retrouver Oceano (L52). Un terrain dont m'a beaucoup parlé Antoine G. d'Heading West... et que j'ai toujours évité. Va donc savoir pourquoi. En fait, c'est plutôt San Luis Obispo (KSBP) - à 5 minutes de vol d'Oceano - car ce dernier ressemble un peu à Half Moon Bay pour ceux qui connaissent et qui ne sont que VFR comme moi : on peut s'y retrouver coincé par la brume de mer en un claquement de doigts.

Oceano (L52) est juste à quelques nautiques au sud de San Luis Obispo (KSBP)
Etre "coincé", ce n'est pas ce que nous voulons. Alors on vise un terrain un peu dans les terres, plus vite dégagé et protégé par un peu de relief de la brume maritime. On trouve un FBO (ACI) et une voiture de location (Hertz), on finit notre Hamburger (bien gras) du restaurant de Big Bear, on remets 3 fois rien comme essence dans le 75F ("bidon plein cœur léger" dit le proverbe), on vérifie et on re-vérifie le chapitre 5 (Performance) de l'avion au condition du jour (Big Bear est haut, on est en Californie)... et enfin on s'envole !

Le Cessna 172 d'A2A avec la livrée N4975F au point d'arrêt de la 26 sur la scène de Turbulent Designs/Orbx
Ah non. Avant, on établie le contact avec les autochtones pour avoir des conseils de locaux sur un départ vers le Nord Ouest. Un monsieur derrière le comptoir de vente des tours en hélico (le R44 rouge du parking), me conseille de "passer par Fawnskin en suivant le saddle après l'observatory". Je décrypte le tout avec quelques questions et ENFIN, nous nous retrouvons aligné, j'applique la puissance, et l'avion décolle comme une plume malgré les 8'400 pieds d'altitude densité clamée par l'AWOS. Il y a un peu de vent pour nous aider et il ne fait pas chaud. Juste en dessous de 20 degrés. Condition parfaite pour Big Bear et nos moteurs à pistons.

Comparaison Prepar3D + scène de Turbulent Designs/Orbx et la réalité.
Juste avant, au point d'arrêt, c'est vraiment pas de chance. Je me faisais un plaisir de lire la Density Altitude sur le panneau d'affichage dynamique... et là c'est le drame. Le panneau est en panne ! Avec Prepar3D et la scène de Turbulent Designs v1.17 distribuée par Orbx, en bidouillant avec SODE et les fichiers de la version de Turbulent, le panneau fonctionne. Le virtuel marche mieux que le réel ! Un comble !



En plus, les deux panneaux (avertissement et le DAD) sont mal placés. Ils ne sont pas si près du point d'arrêt mais bien proche de la zone des essais moteur. Lorsque l'on se mets à chercher des différences, on les trouve.

Prepar3D

Trace GPS du départ de Big Bear et passage par la petite vallée à droite qui mène pile poil vers notre destination.

Vue depuis le simulateur Prepar3D 

200 nm. 1h50 de vol. ZZzzzz ZZZZZZzzzzzzzzz

La route "tout droit" nous fait passer juste à côté de Victorville. Vous recollez les morceaux entre tous ces bouts de Californie que l'on sillonne ?
Nous sommes début mai. Les Boeing 737MAX sont toujours groundés. La compagnie Californienne "Southwest" stocke les siens à Victorville (KVCV). Antoine et moi avons lu ça quelque part. Nous sommes en croisière avec XXXXXX et en regardant la carte, je vois Victorville à quelques nautiques au nord de notre route. Et si on allait faire quelques photos ? Ni une, ni deux, petit virage à droite et le Flight Following nous appelle : "Vous allez bien à San Luis Obispo ?". Certainement que notre route qui dévie et pointe vers le nord (vers Edwards) a attiré l'attention du contrôleur. Merci pour la surveillance. C'est rassurant. "Oui, on va juste faire un ou deux tours au dessus de Victorville, même altitude et on reprendra notre route ensuite vers San Luis Obispo". "Roger" nous répond-il. Y-a vraiment pas de quoi en faire tout une histoire (sur un blog) ;)

Victorville avec son cimetière d'avions et son parking bien rempli
Notre ligne droite vers San Luis... est rompue par ce détour sur Victorville ;)

Presque 40 Boeing 737 MAX de Southwest stocké sur la ramp Est de Victorville.


Juste à côté de Victorville, il y a aussi la zone de stockage du scandale Volkswagen. Tous ces véhicules diesel victimes du Diesel Gate. Moins impressionnant vu du ciel. Il y a 37 zones de stockage comme celle-là pour au total 300'000 véhicules retirés du marché US.

Une des 37 zones de stockage des Volkswagen diesel retirées du marché américain.

Les navigations en ligne droite, c'est long ;) En plus quand on du vent dans le pif, c'est encore plus long. Et quand on sait s'il faut monter ou descendre... et dans notre cas en vol, nous avons les vents selon les altitudes, on a rien à gagner à monter... ou à descendre. Il faut juste subir le vent ;)

Vents selon les altitudes reçus en vol avec le récepteur ADS-B. Foreflight présente pour chacune des altitudes, la force et la direction du vent, le temps total de la navigation et la consommation estimée de carburant. Tout ça, en vol.

Les NOTAM de San Luis Obispo nous avait un peu occupé au départ. Il a fallu jongler avec les heures UTC et les périodes présentées par le NOTAM. Et autant ne pas se tromper, car on parle de la piste principal de San Luis Obispo. Histoire de ne pas être ridicule après 1h30 de vol et s'entendre dire que le terrain est fermé, même s'il y a une piste (beaucoup) plus petite.

Runway 11/29 closed !!

Le NOTAM en question, est plus lisible présenté par Foreflight : "Runway 11/29 closed Thursday-[satellite, Saturday] 0730-1200 May 02, 2019 0730Z to May 04, 2019 1200Z." Après d'intenses ;) réflexion, nous comprenons et sommes sûr que des travaux ont lieu la nuit ;)



Trace GPS de l'arrivée sur San Luis Obispo
Passé le relief, la descente se fait en mode "banzai"vers San Luis, un p'tit 130 kts au badin. A la limite de l'arc jaune. Très opérationnel, presque sans moteur, sans pousser la bête.


Vue de profile de la trace GPS
On file vraiment tout droit autorisé sur la Straight in 29. On peut pas faire plus simple. Pas de prise de tête. Tu files tout droit sur le terrain. Le contrôleur te dit de faire comme tu fais et en très très longue finale (+ de 10 nm), il t'autorise à l'atterrissage. 
Descente sur San Luis Obispo
San Luis Tower : "Cessna 75 Foxtrot, continue straight-in runway 29, caution wake turbulence departing Embraer Jet, runway 29, cleared to land, wind three-zero-zero one four"

Un coup d'oeil sur la tablette, et on arrive même à identifier le traffic ADS-B, l'Embraer Jet c'est "Skywest 5737".




"Wind 310 at 14". La tour me redonne les vents sans que je demande rien.

Je dégage par la droite sur un high speed taxiway Foxtrot. C'est direct vers la tour. Sur les nouveaux terrains + ou - inconnus, nous avons l'habitude de "savoir" maintenant où il faut aller. Merci à ForeFlight. On est très loin des cafouillage des premiers Farwest. A droite. Le FBO ACI. Il y a juste un paquet de machines et je me demande 1/2 seconde comment on se gare. Et hop, une golfette avec le marshaller est là. Simple. Efficace. Nous paierons $12 au FBO pour le stationnement sur leur parking pour la nuit.

Piste dégagée. Un restaurant, un parking, une tour de contrôle. On dirait une scène de Flight Simulator
C'est trop facile avec Foreflight. Le FBO est géolocalisé sur le diagramme de l'aéroport.
Je partage juste après la vidéo de l'arrivée, sans montage. La descente, l'atterrissage, je dégagement et le parking avec le Marshaller :



Retour en arrière. Il y a 11 ans, je me posais pour la première fois à San Luis Obispo. Le 1er Farwest. C'était aussi mon premier atterrissage en tant que commandant de bord sans CFI, mais avec Florent G. C'était Farwest 2008. Nous ne savions pas où nous garer et nous avions dégagé vers la tour à la recherche du Duchess, l'appareil dans lequel était Marc-Olivier. Un peu au hasard, un peu perdu. Éberlué par l'expérience de ce 1er vol qui nous avait amené au dessus de LAX.

Octobre 2008, FW08 avec Florent. Même avion. Même terrain. Autre ambiance. Même plaisir, mais beaucoup plus d'émotion il y a 10 ans !


En 2019, l'ambiance est un peu différente. Le marshaller qui s'approche de nous, le moteur juste coupé, me demande si j'ai besoin de quelque chose. "We'll stay for one night and I've booked a car". Quelques minutes plus tard, il revient avec la voiture. Fin de journée, 4 ou 5 heures de vol aux alentours de 10'000 pieds. On est un peu crevé. Et le cérémonial quotidien reprend : on sort les bagages, on charge la voiture, on Waze la destination et hop.








Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...