21.6.07

"Duxford is closed, we suggest divert to Cambridge !"

Je me suis inscrit depuis longtemps à ce voyage école. Depuis longtemps, je voulais être confronté à la phraséo anglaise. La vraie. Pas un ATC français qui parle anglais fusse-t-il de Beauvais, Paris Info, Toussus ou de Pontoise... ou de St-Cyr. Non, du vrai "ATC d'angleterre", garanti pur jus. Du London Info, de la Tower d'un terrain ou une "approach" en EG-quelque-chose... mais en "vrai anglais". Pour commencer, je ne voulais pas en faire trop. Quelques contacts pour "s'y mettre". Mais pas trop. Je ne suis qu'un pilotaillon du dimanche qui veut se voir proposer quelques défis afin de progresser. Néanmoins, j'aime assez lorsque ma capacité à être-devant-l'avion est soumise à (rude) épreuve. Par exemple, lorsqu'il faut changer de fréquences à plusieurs reprises, anticiper son message, prévoir le coup d'après, voir même le coup d'après-après. Etre devant, bien devant l'avion. Ce mercredi, durant ce vol vers Duxford, j'ai été servi au delà (très au delà) de mes espérances.



LA PREPARATION

Une semaine avant le départ prévu, la réunion préparatoire fait se retrouver dans la salle de briefing une bande de joyeux passionnés. Parmi nous des pilotes avec plusieurs centaines d'heures de vol et habitués aux pays anglophones, des pilotaillons du dimanche, des élèves et même deux propriétaires d'un mignon Gardan. Je suis surpris de constater que nous sommes aussi nombreux. Pas moins de 6 appareils seront du voyage.

Les points les plus évidents sont expédiés : répartition des équipages dans les appareils et définition des branches. La route choisie sera St-Cyr - Dieppe - Duxford - Le Touquet - St-Cyr. Je suis avec Patrick, Thibaud et Georges. Nous ne nous connaissons qu'au sol et au travers de la PilotList. Un comble ;-) Patrick prend la branche de départ, je reprend à Dieppe pour la traversée de la manche, Thibaud fait le retour sur Le Touquet et Georges nous ramènera à St-Cyr.

Il reste tout de même pour ce vol vers l'Angleterre de nombreuses questions : comment dédouanner ? Qui s'occupe du PPR de Duxford ? Est-on sûr que le musée est ouvert ? Quelle est la route après avoir traversé la manche ? Qui a les cartes ? Où trouve-t-on une EG-2 ? Et les VAC ? Et pour la douane là-bas, comment faire ? Et les Jepessen ? Quand est-ce qu'on mange ? Qui s'occupe des gilets ?

Nous sortons les PC portables et partons sur Internet à la chasse aux infos. La PilotList est, elle aussi, solicitée et nous ne tardons pas à trouver de riches sources d'information, mais parfois contradictoires notamment sur la méthode d'intégration sur Duxford : SIERRA ? WHISKY ? BKY ?

Parmi ces liens :

- www.nav2000.com en consultant la fiche EGMD, on trouve une grande description des us et coutumes du vol VFR outre manche.
- Toutes les VACs gratuites sur Internet (après enregistrement gratuit et immédiat), sur l'équivalent du SIA britannique : http://www.ais.org.uk/ (ou directement http://www.ais.org.uk/aes/pubs/aip/html/aipad2.htm)
- Navigation toujours aussi pratique
- Le partage d'expérience de la PilotList : http://www.pilotlist.org/voyages/uk/uk.htm

Les bons plans fusent aussi dans la salle de briefing. Nous nous partageons la seule carte 1/500 000 du sud de l'angleterre disponible pour le moment (EG-2). Peu importe qu'elle soit de 2003. Nous n'y connaissons rien et nous sommes avides de voir déjà "à quoi ça ressemble". Nous questionnons les "anciens". Nous prenons des notes. Nous écoutons.

A ce moment de la préparation, la VAC de Duxford propose une arrivée par le sud ouest via un cheminement de VOR en VOR qui nous fait passer entre les (gros) terrains de Luton et Stanted et leur classe D. Le chemin par l'est fait passer de VRP en VRP (Visual Reporting Points). Je choisi dès maintenant le VOR à VOR, préférant les VOR au VRP que j'estime plus compliqués à trouver. Ce sera donc un LFAB - LZD VOR - DET VOR - LAM VOR - BPK VOR - BKY VOR - EGSU. Facile. Sur le papier.

2 heures plus tard, le calme est un peu revenu, il y a moins de monde, chaque équipage est parti avec sa liste de tâches, ses certitudes, ses inquiétudes... et nous discutons encore de la route. L'EG-2 est encore dépliée sur la table et j'essaie avec d'autres de faire la route virtuellement en prévoyant les changements de fréquence qui seront inévitablement une (sur)charge de travail pour le pilotaillon français que je suis. Je pars un peu rassuré, car a priori, nous devrions rester, du milieu de la manche jusqu'à l'arrivée à Duxford, avec London Info. Ca paraît faisable. Je ne suis pas au bout de mes surprises.

LA SEMAINE PRECEDENTE

La semaine qui suit est riche en échange de mail. Chacun prépare ses nav et nous échangeons de nombreux scans de cartes car visiblement les magasins de la région parisienne sont vidées de leurs EG-2 Jepessen ! J'ai dû prendre la dernière à la "Boutique du Pilote" de la rue de la Convention. Je scan donc comme je peux avec mon vieux scanner A4 l'immense carte en plusieurs bouts. Solange commande in extremis des cartes sur Internet pour tous les autres équipages. La tension monte. L'excitation aussi.





Nous avalons le "VFR Guide" à la recherche de différences avec les coutumes françaises. La particularité des appels radio, les procédures d'intégration "l'overhead forbidden", le "dead-site joining", les ATZ dans tous les coins au dessus de tous les terrains qui semblent être des espaces G mais où le contact radio est plus que recommandé... Va comprendre...

Régulièrement, nous regardons les prévisions météo. A la recherche d'une éclaircie. Cela ne s'annonce pas trop mal... Ca semble à la limite "jouable". Il faudra jauger au dernier moment. Tant de voyages vers XXXX se sont soldés vers des vols vers YYYY pour cause de météo. Cette fois-ci, le NOGO est retardé. Cela peut peut-être passer. "Il va faire beau... il va faire beau... il va faire beau...". On verra le jour même.

Je sélectionne aussi à partir du SIA UK, les cartes VAC à imprimer pour gérer nos déroutements. Une dizaine de nautiques à droite et à gauche. Des terrains sur la côte et au delà de la route.

La veille du départ, je me décide à crayonner ma Jepessen EG-2 en tirant un trait depuis Dieppe sur cette carte que je ne connais pas. Lorsqu'on a été élevé à-la-SIA/IGN, on est très vite ridicule devant ce "nouveau" format. Je passe un temps fou à trouver les bonnes fréquences et les noms des VOR. Les étiquettes sont situées à des kilomètres des VOR. C'est assez surprenant. Je m'applique à bien rendre visible le trait au fluo, car j'ai comme un mauvais pressentiment. Ca va aller très vite... très très vite... certaines branches font moins de 5 minutes (cheminement proposé par la VAC), il va bigrement falloir être devant.

L'EG-2 scannée après le vol

Il est minuit lorsque je me lance dans le calibrage des cartes scannées que j'ai déjà fait de l'EG-2 pour les placer dans mon PDA et utiliser OziExplorer comme un MovingMap. Une heure plus tard, mon petit PDA Axim se voit chargé de quelques méga-octets supplémentaires. Toute l'EG-2 est en place et géo-référencée. On devrait avoir une moving-map en vol sur la Jepessen. Ca devrait être utile.

Je range tout méticuleusement. Derniers échanges en MSN avec Patrick pour les derniers détails et une analyse de la météo. Je charge et (re)charge les batteries de l'antenne GPS, du PDA, de l'appareil photo. Je range les cartes. Et je vais me coucher. Pas serein... pas serein du tout... Le rendez-vous à l'aéroclub est à 07h30. Urghh.

LE JOUR J

Difficile de se réveiller. Au moins, il n'y a pas de bouchon sur la route à cette heure. Nous arrivons les premiers à l'aéroclub. Encore un coup d'oeil à la météo. Tous les équipages arrivent petit à petit. La salle de briefing devient une immense ruche un peu désordonnée. Un mélange d'excitation car la météo semble bonne et de désorganisation dû au plaisir de partir ! Les tâches sont réparties. Un groupe prépare les avions, un autre passe les fax, un troisième les plans de vol (survol maritime oblige et passage de frontière), un quatrième regroupe tous les gilets de sauvetage... Forcément avec autant de monde, nous prenons du retard.

A la pompe de St-Cyr

Et c'est un peu en courant que les 6 appareils mettent en route. Mélange de phraséo. anglaise (plusieurs pilotes sont anglophones carrément) et de française sur le terrain de St-Cyr. La bonne humeur est de mise et tout le monde est heureux de partir en vol.

1ère branche sans histoire avec Patrick aux commandes. Les nuages sont juste là où il faut. Nous croisons à 2500 ft au raz de la couche. Les six appareils prennent à peu près le même chemin. La pression monte lorsque nous apercevons la mer. Il va falloir la traverser ! Les 6 avions se posent à Dieppe et se rangent sagement les uns à côté des autres sur le parking en herbe. Le début d'une grande habitude.




Le départ de Dieppe vu par GoogleEarth

Le même départ de Dieppe vu sur la Jepessen




Avant de repartir, petit stop pour prendre un café au bar de l'aéroclub de Dieppe. Passage aussi à la tour pour payer la taxe et activer du même coup les plans de vol. Nous attendons encore quelques minutes afin d'être synchro. avec l'horaire de nos plans de vol. Cela permet aussi à certains (dont moi) de se mettre un peu dans le bain (pas sûr que ce soit la bonne expression) avant de partir pour 2 heures et enchaîner des premières : traversée de la manche, phraséo anglaise en angleterre et atterrissage sur un terrain tout là bas, tout là haut ;-)



Dans la tour de Dieppe


Petite concertation avec de repartir de Dieppe

Je briefe Patrick qui est en place droite. Je lui confis le GPS de bord pour anticiper l'affichage des VOR. Cela me fera un backup pour mes estimées et un QDM. Sait-on jamais. Nous nous coordonnons également pour être le plus devant l'avion en enchainant les fréquences à afficher à l'avance. Avec deux VOR et un GPS de bord, on devrait y arriver. La carte est dépliée, le GPS de Patrick sur le plexi, ma moving map à portée de main. Tout le monde est prêt ? Let's get fly !

Avant de partir, nous enfilons les gilets de sauvetage empruntés à l'aéroclub. Ceux-ci peuvent s'enfiler sans avoir à les ouvrir de leur emballage scellé. Bien pratique. Nous voilà quatre à bord, prêts à partir avec nos jolies brassières oranges.

L'orange nous va bien, hein ?

Le Gardan au décollage de Dieppe
P

Alignement à deux appareils sur la 13 de Dieppe, mais décollage en solo ;-)
Shooté par Michel

Nuages côtiers

Le départ se déroule un peu en vrac. Le premier contact radio avec Lille Approche est un peu brouillon. je m'assure avec un peu d'insistance que mon plan de vol a bien été activé. Le Kilo-Golf juste derrière moi a du mal à se faire comprendre. Je tente le relais, mais Lille me bascule sur London Info. Me voilà jeté dans le grand bain. Plus question de faire machine arrière. J'écoute la fréquence tentant de singer les appareils devant moi. Le contrôleur s'applique voyant débouler six Fox ! Je cafouille un peu par manque de préparation. J'aurais dû prendre mon temps et noter les grandes lignes de ma phraséo. Après quelques échanges et une estimée totalement fausse (mais alors totalement !) sur le VOR de LYD, je me dérouille un peu et cela devient au fil des minutes de plus en plus fluide.

Bleu... Bleu

Et j'entend dans la cabine... "Si on une panne, on amerrira près d'un navire, hein ?"

Au milieu de la manche, nous avons un peu de répits après un début largement perfectible. Les nuages de la côte normande ont disparu, nous sommes au niveau 45. On voit déjà la côte anglaise et... ses nuages bas. J'entends devant moi Georges dans un DR400 qui annonce une descente vers 2000 ft QNH. Merci ! Je sais donc à quoi m'attendre.



La descente se fait "presque" en douceur. Les nuages anglais sont bas et juste devant nous... Le contrôleur prend même les devant en précisant "To all aircraft heading to Duxford" que le survol au dessus des nuages en TMA de Londres est interdit. Nous sommes à 1500 ft et la campagne arrive. Après avoir passé le VOR de LYD, nous tournons à gauche vers le VOR DET. London Info nous annonce du parachutage au nord du terrain d'Headcorn, pile sur notre route. Georges, devant, demande une météo pour Duxford. La météo serait-elle limite devant ? Le contrôleur annonce ("to all aircraft heading to Duxford") un joli "SCT026". Ca devrait le faire et tous les équipages doivent être rassurés.



Après DET, la zone urbaine se densifie. Je slalom énormément pour éviter les zones jaunes et aussi parce que je n'ai pas recalibré mon conservateur. Je cours donc sans cesse après le trait et l'aiguille du VOR. Toujours la même erreur. Le vent est aussi de la partie sur ces zones urbaines et nous sommes pas mal secoués. Ce n'est que le début. A la tension de la radio, celle du pilotage avec des branches courtes, il faut ajouter la tenue l'avion... constamment. Il part dans tous les sens... ça tabasse... Plus tard, je piloterais de la main gauche, tellement la droite est endolorie.



Les nuages montent et nous en profitons aussi pour rejoindre 2000 ft espérant passer au dessus des ATZ. Peine perdue. En plus du raccourcissement des branches, de la densité urbaine au sol, du vent, de la tension, London Info décide de nous passer avec les ATZ. L'exercice de phraséo commence ou continu (au choix). Je comprend sans problème les fréquences, mais le nom des terrains est parfois plus... indéchiffrable. Je met à contribution toute la cabine. South End radar ? Ok.... Si vous voulez... Et Stappleford ? Pourquoi pas... Les QNG défilent à la radio... Les fréquences aussi... Les contacts... Les premiers appels... Je me bats avec l'avion... Je trace ma route... A gauche on voit Londres.. A droite, on devine l'aéroport de Stanted... et Luton... Nous sommes enthousiastes dans l'avion mais la charge de travail est réelle. Plus élevée que je ne l'avais prévue. Mon taux d'adrénaline doit être au maximum à ce moment. Tout du moins je le pense.

Passage au large de Londres vu par GoogleEarth

Le VOR BPK est passé. On vire maintenant à droite vers le dernier VOR (BKY) et juste derrière Duxford. Enfin, l'arrivée. C'est génial, passionant, enthousiasmant... et crevant.

La trace réelle... disons... slalomante...


ARRIVEE SUR DUXFORD

- "Frequency change approved, contact Duxford information on 122.07"

La VAC de Duxford

Nous voilà arrivée. Ouf. Patrick m'a déjà affiché la fréquence d'auto information de Duxford. La VAC a été étudiée, le briefing réalisé. Toujours cette volonté d'être devant l'avion. Nous aurons donc une 24/06 herbe ou dur. Le tour de piste à 1100 ft, au sud, les obstacles à éviter/contourner dans l'intégration sont identifiés, la verticale interdite, il nous reste 10 minutes à tout casser avant de nous poser. Le plus dur est fait.

J'écoute la fréquence pour m'imprégner du trafic et visualiser les avions environnants sur la fréquence et soudain nous entendons :

- "Duxford, could you confirm callsign of aircraft on runway ?"

Quoi ? Qu'est-ce-que c'est que ce message ? C'est bien la voix de Solange. Je viens d'entendre un message bizarre à la radio. Nous avons le terrain en vue et cela ne s'annonce déjà pas comme prévu. Je continu malgré tout à m'approcher. Toujours inquiet. J'allais passer mon message lorsque j'entends crier sur la fréquence :

- "To all aircraft ! Duxford is closed due to aircraft on runway ! We suggest diverting to Cambridge 123.60 !"

Hein quoi ? L'adrénaline est multipliée par 100. Duxford est fermé ? Il faut se dérouter et le contrôleur conseille Cambridge. Je ne tente même pas l'attente. Nous sommes néanmoins inquiet de cette sortie de piste ne sachant pas encore de quel avion il s'agit, le contrôleur n'ayant pas répondu à Solange.

On ne fait que passer à Duxford

Je poursuis un peu vers le terrain pour identifier l'appareil, sans passer néanmoins par la verticale. Ouf. Pas de fumée et ce n'est ni le Guardian, ni un Robin au sol. Cela ne semble pas grâve, même si les pompiers sont sur place. Un T6 semble simplement sortie de la piste. Des traces de roues à quelques mètres de la piste en dur sont visibles. Nous voilà (un peu) rassuré. Il faut maintenant gérer le déroutement... en anglais ! Où a-t-il dit qu'il fallait mieux se dérouter ?

L'appareil cause de notre déroutement shooté par Georges

Cambridge est identifié sur la carte. 3 minutes de vol à tout casser. Pas de zone particulière à traverser. C'est juste un peu plus au nord. Je prend un top. Mon estimée était bonne. Ca corresponds. Scan rapide de la planche de bord. Je demande à l'arrière de me trouver la carte de Cambridge. Pour l'instant, prise de cap vers le terrain de déroutement en surveillant à droite et à gauche.

123.6 affiché sur COM1. On commence à écouter. Après quelques minutes, on devine le terrain de Cambridge. A la radio, il y a déjà du monde. Nous n'étions pas que 6 avions français à aller à Duxford. L'approche est pas mal occupée. La carte VAC de Duxford m'est tendu de l'arrière. Je l'attrape et la parcours rapidement. J'écoute la fréquence pour visualiser la position des autres trafics, l'organisation du terrain, du tour de piste, des obstacles... Je ne comprend pas... La radio parle d'une piste 23 ? La carte que j'ai sous les yeux ne correspond pas. Je n'ai pas de 23. Mais deux pistes sécantes. Qu'est-ce-qui cloche ?

Pendant ce temps, l'avion avance et nous nous approchons. Confirmé aux deux GPS, c'est bien Cambridge devant. Mais rien ne colle entre ce que j'entends et la VAC que j'ai sous les yeux. Je regarde en haut de la page... C'est la VAC d'Oxford ! Pas celle de Cambridge ! Tout faux ! Je la rebalance à l'arrière et mes "copilotes" repartent à la chasse à la VAC de Cambridge. Pendans ce temps, je m'occupe de la trajectoire et m'assure n'avoir rien oublié. Calmement nous décidons de rester en dehors du tour de piste au sud, le temps de nous préparer et d'écouter la radio. Nous avons de l'essence. La tension est un peu redescendu.

La VAC de Cambridge

Prise de contact alors que nous arrivons pas le sud. L'approche m'autorise à la verticale. Il y a des avions dans tous les sens. Les frenchies débarquent à Cambridge !

- "Fox-X-Ray-Hotel, overhead"
- "Foxtrot-X-Ray-Hotel, contact Cambridge Tower 122.2"
- "With Cambridge Tower One-Two-Two decimal Two"

Encore du monde sur la tour... Je n'arrive pas à passer mon message... et nous tournons... nous tournons...

"Orbiting overhead Cambridge"

- "Fox-X-Ray-Hotel, orbiting overhead"
- "Fox-X-Ray-Hotel, stand-by"

Ca continue à fuser sur la fréquence. On va donc continuer à tourner. Puis une ou deux minutes, plus tard.

- "Foxtrot-X-Ray-Hotel, join dead-side for downwind runway 23" (de mémoire)

Et là, on sent le manque de préparation. Malgré la lecture du "VFR Guide" (et notamment la page 16), cette clairance m'échappe... Il y a un truc qui m'échappe, je comprend qu'il faut que je rejoigne le vent arrière dead-side. Dead-Side, c'est le côté opposé du tour de piste actif (life-side). Et pourquoi veut-il que j'aille au nord ? Sa clairance ne me plait pas. J'ai un doute. Trop d'avions autour de nous. Je continue à tourner vertical. Et le rappelle.

- "Fox-X-Ray-Hotel, confirm joining left downwind ?"
- "Foxtrot-X-Ray-Hotel, join dead-side for downwind runway 23" (de nouveau de mémoire)



Rajouter à ce dialogue de sourd, 4 ou 5 avions qui débarquent en vrac de Duxford et les avions qui tournaient déjà dans le tour de piste ou qui étaient sur le plate forme... tranquille. Au milieu, un frenchie qui veut une précision.

- "Foxtrot-X-Ray-Hotel, confirm joining LEFT downwind or RIGHT downwind ?"

Et enfin, au bout de la troisième fois...

- "Foxtrot-X-Ray-Hotel, join left downwind runway 23"



Et bien voilà ! C'est plus clair ! Une fois au sol, je comprendrais mon erreur, le "Standard Overhead Join" fait passer par la verticale, puis rejoindre une petite vent arrière opposée (dead-side) pour repasser ensuite, en descendant à l'altitude du tour de piste, l'extrémité de la piste en service pour rejoindre le fameux vent arrière main gauche. Ca va mieux en le disant !

"The Standard Overhead Join" extrait du "VFR Guide 2007"




La suite est plus classique. Vent arrière. On prépare la machine, "Number three, having the trafic Cherokee on final in sight". On s'axe tranquillement pendant que le Cherokee dégage... et que Solange, posée quelques minutes auparavant sur la parallèle-herbe, traverse vers le parking. Du pur bonheur !

Solange se pose devant nous sur l'herbe de Cambridge shooté par Georges


La vidéo de l'atterrrissage sur la 23 de Cambridge, à bord du F-GGXH :




- "Fox-X-Ray-Hotel, to the right... taxi to the grass parking with your french collegues"

Au parking de Cambridge pour refueler
(photos Michel)

La pression redescend doucement. Posé pas cassé. Et dérouté... pas perdu ! Tout le monde est là, même le Kilo-Golf qui a toujours ses soucis de radio. Nous ne sommes pas mécontent du travail réalisé. Le temps de faire la paperasserie administrative, de payer une taxe de 16.60 livres au lieu de 30 livres parce qu'il s'agit d'un déroutement, de faire les pleins... et nous voilà reparti vers Duxford qui bien sûr, entre-temps a re ouvert ;-)

Le log de nav à l'arrivée témoigne de la charge de travail ;-)


La coupe des altitudes


Je laisse avec plaisir mes coéquipiers aux commandes du DR400. Je suis lessivé. Ce vol et déroutement m'ont épuisé. Patrick profite de la petite branche qui vient de se créer, Cambridge -> Duxford pour se lancer dans la phraséo anglaise.

Des cartes, des montres, des GPS...
(photo Georges)

La 23 de Cambridge photographiée par Michel

Dernier virage pour la piste en herbe à Duxford

Notre XG photographié par Michel à l'arrivée à Duxford
Patrick aux commandes


Avec quelques heures de retard, nous arrivons enfin à Duxford et profitons du soleil pour déjeuner au grand air.



Notre temps de visite est sérieusement rogné. Mais je ne regrette rien. Ce déroutement a été très très instructif. Nous prenons tout de même le temps de passer de hangar en hangar en découvrant de sacrés bestioles ! Quelques photos sont visibles sur ce message.

La traditionnelle visite à la tour... de Duxford

Après la visite... il faut rentrer à St-Cyr. Thibaud reprend les commandes pour passer presque par le même chemin, mais dans le sens inverse.



Nous repassons la Manche un peu plus au nord en direction du Touquet.


"Oh on dirait un coeur" (private joke)


Le soleil un peu plus bas et nous repassons vers le sud

La Jepessen EG-2 est pliée à l'arrière.
On peut repasser sur la 1/500 000 Nord-Ouest

En courte finale au Touquet

Un Robin dans le reflet de la tour du Touquet

Georges a repris les commandes pour nous ramener à St-Cyr

"Fait frisquet à l'arrière ?" (Private joke 2)

Et pour finir quelques photos de mes compagnons d'aventure...












10 commentaires:

yann a dit…

oula, pire encore que ce que j'avais compris sur msn ... redoutable ce vol, mais super récit. Merci Vincent.
yann

Antoine a dit…

Salut,

Un seul mot : SUPER ! Je ne suis pas assez proche pour le faire (mais c'est prévu d'y aller l'été prochain et je te contacterai car c'est bien à Duxford que je veux aller).
Mon premier deroutement en Espagne a été bien pire ... Mais avec moins d'expérience et un FI à droite.

J'espere que tes co-pilotes t'ont payé un coup le soir ... Se planter de VAC en deroutement LOL.

Le top : retour en vol de nuit ... Dommage que St Cyr ne soit pas approuvé pour.

Bon vol à toi,
Antoine

Issam a dit…

Comme d'habitude, tes récits sont de véritables perles d'aéronautique. C'est fou mais rien qu'en lisant j'ai plus d'impression d'y être que si je faisais le vol sur Ivao...
Les photos, scans de cartes et autres explications sont aussi passionantes que pertinentes. Une belle échappée avec une bien belle p'tite équipe, un esprit de découverte de l'inconnu et de challenge formidables...je crois que ton blog va finir dans mes favoris à ce rythme là Vincent

pat a dit…

Qu'est-ce que j'aimerais être dans un aéroclub comme le tien!
Malheureusement c'est tout le contraire, j'en ai encore fait la triste expérience le week-end dernier... :-(

Anonyme a dit…

Bien Vincent et bravo pour les illustrations !

Laurent
web.alcyons@gmail.com

Romain / LFPE a dit…

Passionant, merci beaucoup, c'est vraiment super, félicitations.

Quentin a dit…

SUPER récit Vincent, on s'y croirait.

Christophe a dit…

"Je slalom énormément pour éviter les zones jaunes et aussi parce que je n'ai pas recalibré mon conservateur."

A ce propos l'arrêté d'octobre 1957 n'est pas d'actualité au Royaume-Uni ;-)

Dommage pour la prépa "baclée", heureusement la météo était avec vous, mais toujours un superbe récit avec les illustrations qui vont bien.

Stefan - "fonst" a dit…

Génial ce récit Vincent, ça m'a passionné, bravo à vous tous pour ce super voyage!!!

Erwan a dit…

Je vais à Duxford avec mon club le 27 juillet (si la méteo... etc...), et ton récit ultra-détaillé me donne une petite idée de ce qui m'attend ;-)

En tout cas ça m'aide beaucoup dans ma préparation de vol, vu que je n'ai jamais dépassé Rochester.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...