9.7.06

Le jour J

Samedi 1er juillet. 5h45 du matin. Je suis déjà réveillé. J’avais mis mon réveil à 5h50. J’anticipe et je coupe la programmation. Inutile de réveiller ma femme qui dort. J’ai plutôt mal dormi. Par crainte de n’être pas assez reposé, je me suis couché tôt la veille. J’ai surtout pensé à tous les détails de la grande et longue journée qui m’attend. Tout ce que j’aurais pu oublier.
Le rendez-vous à l’aéroclub des Alcyons a été convenu pour 07h00 du matin. Mes affaires sont déjà prêtes. Le sac de vol est rempli du dossier de vol au complet (logs de nav, les NOTAM, toutes les cartes 1/1 000 000, 1/500000, région parisienne, les devis de masse...), des classeurs VAC supplémentaires, de l’appareil photo, du GPS, de la liste des participants. Les prévisions météo ont été suivies attentivement. Je ne crains que la brume du matin pour nous empêcher de décoller à l’heure.

07h00, j’arrive sur le terrain de St-Cyr. Un groupe est déjà là. Je m’arrête à leur hauteur avant de me garer. En un clin d’œil je perçois à la fois l’excitation d’être à l’aube d’une superbe journée et le manque de sommeil de tout le monde. Il y en a certains que je ne connais pas « de visu ». David Masneuf qui vient du nord est une nouvelle tête. Après avoir échangé tant de messages et de posts sur les forums, c’est un plaisir de voir à « quoi il ressemble en vrai». Gérard Parat, et Ludovic Sardnal, rencontrés il y a peu, sont là aussi. Prêts à attaquer ce périple. Cédric Cox et Nicolas Farges déjà « habitués » aux Alcyons sont là aussi. Peps et Patrick Morand, mes amis de l’aéroclub sont aussi de la partie.

A bord de deux DR400, 8 passionnés vont à la rencontre d’amis… et d’une classe de CM1&CM2.


L’arrivée sur la plaine de Versailles en venant de l’A13 m’a fortement inquiété. Toute la plaine est recouverte d’une brume matinale et épaisse. A mon réveil, le metar de Toussus annonçait 2 km de visibilité alors qu’à Troyes (première étape) on annonce CAVOK. Notre décollage prévu initialement à 08h00 est, à coup sûr, reporté. Nous ne partirons pas à l’heure et tout le programme de la journée va être chamboulé. Et je pense au survol de l’école prévu initialement pour 11h00, aux rendez-vous avec les autres équipages en chemin, aux amis qui nous attendent à Troyes et à Vesoul.



Nicolas a eut la bonne idée d’apporter des croissants. Cédric est volontaire pour préparer le café, David fera la vaiselle (répartition automatique et efficace des tâches ;-). Tout le monde les remercie ! Les ordinateurs de l’aéroclub sont allumés. Nous nous installons dans la salle de briefing. Les carnets de vol des deux DR400, F-GABZ et F-GLKG, sont ouverts pour savoir ce qu’ils ont « comme essence ». La météo est consultée. Le départ est forcément reporté. On ne voit pas « au-delà de l’autoroute A13 ».

Un groupe mené par Peps et Patrick se dirige vers le hangar pour sortir les avions. Première (mauvaise) surprise. Nos deux avions sont au fond. Tout au fond. Devant eux : six autres appareils (cliquez ici pour voir comment on peut bien remplir un hangar). Tout le monde se retrousse les manches. Personne n’a eut l’idée de grogner. La sortie des avions fait partie du plaisir. La bonne humeur ne nous quittera pas. On effectue les purges, puis tous les avions sont sortis un à un, nous jouons aux chaises musicales, nous re rentrons les appareils qui ne volent pas ce matin afin de ne pas encombrer le parking.

 
 
 
 


Retour dans l’aéroclub. Nous déroulons un briefing rapide entre les commandants de bord mais aussi avec tous les passagers, tous mordus d’avion. Les questions fusent. On sent la passion envahir cette petite assemblée. Tout le monde repasse sur la balance pour un dernier devis de masse et la détermination de la quantité de carburant à emporter. Certains sont pris en flagrant délit de tricherie. D’autres tentent de pirater mon ordinateur pour revenir sur les valeurs qu’ils m’avaient transmises par mail et que j’avais regroupées dans un tableau Excel.



Gros calculs pour le CDB du DR400-160 qui arrive vite à la masse max et qui est contraint par la piste en herbe et la relative courte distance à St-Cyr. Patrick descend son avion à la pompe (et pas l’inverse). Il part avec les pleins. Pas de problème avec 180 chevaux. Le 160 le suit pour juste un complément après de long calcul et plusieurs interrogations métaphysiques.



Les CDB décident enfin à partir ;-) Je préviens Christian de notre départ imminent. J’imagine les pilotes virtuels d’IVAO déjà en vol du fait de notre retard. Le DR400 160 chevaux Bravo-Zulu passe devant. Peps est CDB sur cette branche. David Masneuf est « co-pilote ». Je suis à l’arrière avec Cédric Cox. Dans l’autre DR400, Patrick est aux manettes, Gérard, Nicolas et Ludo l'accompagnent.



En même temps ou presque, plusieurs passionnés se sont aussi lancé le défis de réaliser le vol en virtuel. Ils partent comme nous de St-Cyr, mais certainement pas coincé par la météo capricieuse qui nous a retardée.




Nous partons enfin. Jusqu'alors cette journée pouvait être annulé pour une raison ou une autre. Nous aurions pu rencontrer une mauvaise météo ou avoir un problème mécanique nous clouant au sol. Là, ça y est. Tout est OK. Nous partons enfin vers Vauvillers. La soulagement, mais aussi l'excitation du départ se font sentir. Nous sommes à un peu plus de 2 heures de survoler Vauvillers.


Le roulage vu par GoogleEarth et le GPS


Une fois en vol, la visibilité n’est vraiment pas exceptionnelle. Le dossier météo nous indique qu’elle s’améliore vers l’est. Nous sommes patients et connaissons le "coin". Après RBT, route directe vers La Ferté. Les estimés sont calculées. Les caps pris. Les altitudes respectées. Dans notre avion, on en profite pour expliquer ceci ou celà. Les questions de passionnés emplissent l'interco qui malgré un bruit parasite pénible trouvent toujours une réponse, une explication et une nouvelle question.

Je téléphone régulièrement à Christian Burgat, posté à Vesoul, afin qu’il rapporte nos positions aux enfants à Vesoul et à tous ceux qui effectuent le vol virtuellement. Grâce à Ludo, chacun d'entres-nous disposent d'un petit memento des numéros de téléphone : qui contacter, quand, comment pour signaler sa position. Chacun d'entres-nous à voulu participer à l'organisation et apporter sa pierre à l'édifice !

Le vol se déroule sans problème. Tout le monde est attentif. Et tout le monde acquiesce lors je lance : « On est pas bien lààààààà, hein ? ». Il n'est pas difficile d’imaginer que nous sommes aux anges.


Passage presque verticale La Ferte


Survol de La Ferté. Le premier gros point tournant de notre navigation. Du beau monde au sol. Nous contactons Seine Info en nous faisant tirer par les VOR de BRY et Troyes. Au fur et à mesure que nous nous éloignons de la région parisienne, nous pouvons monter légèrement. Et les IVAO se rendent compte que l'on peut être en VFR et avoir un code transpondeur qui ne commence pas par 70xx ;-)

Le VOR de BRI


Le vol virtuel se déroule aussi normalement




David aux commandes...


... la preuve en image ;-)


Nous n’avons malheureusement pas le loisir de contacter l’autre DR400 sur 123.45. Peps reste sur Seine Info. La visibilité s'améliore. Déjà Troyes arrive et Peps effectue son « briefing arrivée ».


Peps effectue son "briefing arrivée"


Nous passons verticale pour la 18. Les parkings de Troyes sont remplis d’avions. En dernier virage, Patrick arrive sur la fréquence avec le second DR400 et se voit entendre que la 36 est en service. Effectivement, il y a un peu d’air dans le dos de la 18. Mais nous sommes en dernier virage et nous nous amusons à imaginer que Patrick soit plus proche et que nous nous retrouvions « face à face ». Cela n’arrivera pas, l’AFIS de Troyes se ravisant et proposant la 18 à Patrick alors que ce dernier déboulait « mentalement » pour la 36. Il nous racontera sa préparation chamboulée. Vive les exercices d’intégration !

L'oeil du pilote en dernier virage


La 18 s'offre à nous


Nous nous posons avec une composante arrière sur la 18 dur… on dégage rapidement et nous nous roulons pour la pompe. Nous ne rattraperons pas notre retard (c’est sûr), mais il ne faut tout de même pas traîner. Patrick nous rejoins rapidement au parking. Les équipages s’extirpent des avions et s’en suit le partage passionné des impressions du vol. Et tu as vu ceci ? Et ça ? Et les deux avions en sens opposé qu’on a failli s’emplafonner !?! Et la 18 et la 36 ? Et le décollage à St-Cyr ? Alors ? Hein ?

Effervescence à l'arrivée ! "Alors c'était bien !?!?"


"Alors raconte !"


Les passionnés en virtuel à Troyes


Il ne faut pas tarder. Nous désignons un volontaire pour payer la taxe alors qu’ « Heli-Samu » du forum FranceSim nous fait le plaisir de venir à notre rencontre. Malgré notre retard au départ de St-Cyr (il est parti puis revenu en nous entendant sur la fréquence), nous ne résistons pas à la photo de groupe pour immortaliser ce (rapide) passage à Troyes :

Photo d'un groupe arborant leurs bananes à Troyes


Le équipages sont rapidement (re)constitués. L'objectif étant que tout le monde passe en place avant droite ! La bonne humeur continue et tout le monde s'active. Peps amène son avion à l'essence avec toujours en tête la masse max en DR400-160. Je me dépèche de me poser en place avant gauche du Kilo-Golf. Je place mon PDA/GPS, range mes cartes et me concentre sur ce qui va suivre. L'excitation et l'organisation de ce petit périple ne doivent pas me déconcentrer. C'est moi, maintenant, qui vais piloter.

Nous devions nous attendre, mais le Bravo-Zulu devant libérer la pompe est parti devant. Quelques minutes d'avance, à peine.

Nous décollons en parrallèle d'un Cessna sur la 36 herbe et en fin de montée initiale, je prend à droite vers Vauvillers. Enfin, nous allons voir les enfants. Cette fois-ci, c'est tout droit. Ludo est à ma droite. Chacun à sa carte, chacun est concentré.

Arrivée et départ de Troyes sous Google Earth


Après avoir quitté avec l'AFIS de Troyes, nous nous retrouvons de nouveau sur Seine-Info. La dame n'est pas trop "chargée", alors je n'hésite pas à la questionner poliment sur l'activité de certaines zones qui doivent être vérifiées. Bon, les zones de drones ne sont actives. Ca c'est fait. Son amabilité me pousse à lui demander si les R de Luxueil sont actives. Elle ne comprend pas au début "La R combien ? Répétez Kilo-Golf...", mais je lui dit qu'il s'agit de zones plutôt de Luxueil et que si elle avait l'info, cela nous arrangerait. Quelques minutes plus tard, elle nous indiquera qu'aucune zone de Luxueil n'est active. (re)Bien. Filons tout droit. La Bravo-Zulu doit être aussi sur Seine-Info et lui aussi doit être soulagé de l'inactivité en ce samedi midi ensoleillé.

Soudain, Ludo toujours attentif (comme l'ensemble de l'équipage !) m'alerte sur un trafic ("dans nos 11 heures, même sens, 1 nautique, 500 pieds plus haut"). C'est le Bravo-Zulu ! "Par chance" nous l'avons rattrapé. C'est totalement imprévu, car je ne suis pas adepte (du tout) des choses que je ne maîtrise pas : le vol en patrouille (même très éloignée). Nous retrouvons le Bravo-Zulu sur 123.5 et je me rapproche tranquillement.

Il s'en suivra alors 1 heure de vol pendant laquelle je n'aurais de cesse d'avoir un oeil sur le DR400-160 devant nous, un autre sur la sécurité environnante, un troisième sur les instruments, un quatrième sur le paysage... (alouette, alouette...) Sur 123.45, nous communiquerons continuellement. Cela m'épuisera tout du long, car consommera toute mon énergie. Dans l'avion, les appareils photos crépitent. Nous faisons le tour du DR400, un coup à gauche, un coup à droite, mais toujours à (très) bonne distance. Ni moi, ni Peps ne savons voler en patrouille, alors rien de téméraire.

Toute mon attention est prise par la gestion de la trajectoire. La main sur les gaz, très tendu, je calque ma vitesse sur celle de l'avion qui me précède. Nous en profitons. Voir l'autre avion d'en haut, puis d'en dessous est une superbe vision. Nous ne nous laissons tout de même pas griser par ce vol rapproché.

Nous en oublions un peu la nav et l'avion devant aussi. Rapide échange à la radio et nous nous organisons. Tout l'équipage est mis à contribution et nous "jouons" au jeu du "c'est quoi ce village ?", "c'est quoi ce point haut ?" ou encore "où sommes-nous ?" Le regard est portée loin à la recherche d'un repère. Le regard va alternativement de la carte sur les genoux au paysage.

On sent l'équipage entraîné ;-) car en moins de deux, nous sommes repositionnés et nous replaçons nos doigts sur la carte. Nous sommes là ! Vauvillers est là... juste là ! Le Bravo-Zulu bénéficie de notre repositionnement. Je m'éloigne et le DR400-160 passe devant pour cercler au dessus de l'école. Je suis à l'extérieur de son virage, toujours un oeil sur lui.



Un cercle extérieur, puis dégagé du Bravo-Zulu,
un second plus rapproché


Je suis encore plus concentré sur la trajectoire et profite peu du spectacle. L'attention est encore plus portée sur l'altitude. J'ai tout d'abord un doute sur notre positionnement. Est-ce bien Vauvillers ? Est-ce bien l'école ? Et si nous nous trompions ! Et puis, je reconnais l'école avec son toit de tuiles multicolores. Je suis le dernier dans l'appareil à être sûr que c'est Vauvillers. Maintenant plus de doute lorsque je devine au sol une immense banderolle. Nous n'identifierons que le "M" du message qui, les enfants nous le diront plus tard, était le "M" d'un immense MERCI.





La préparation du panneau


Alors que nous cerclons, je tente d'imaginer les enfants dans la cour de leur école. Toujours sur 123.45, sachant que Thierry avait une radio aéro, je lance quelques messages pour les saluer en espérant qu'ils m'entendent. Plus tard, j'apprendrais qu'ils nous ont reçu mais ne pouvaient émettre.

Deux petits tours au dessus de Vauvillers... et puis s'en vont. Nous sommes déjà bien en retard et il faut "tracer" vers Vesoul. Nouveau coup de fil vers Christian pour prévenir de notre arrivée.

La trace GPS de l'arrivée et du départ de Vesoul


Je sens l'excitation passer après nos virages au dessus de Vauvillers. A moins que ce ne soit les "G" encaissés ? ;-) Il faut prendre un cap vers Vesoul. Cap au sud et quelques minutes de flottement pour se recaler. Le jeu continu. Bravo-Zulu nous précède et nous l'entendons s'intégrer sur le terrain. De notre côté, nous nous repositionnons sans voir le terrain quand soudain, là où on l'attendait, le "porte avion" apparaît. Perché sur son promontoire, la piste se découvre. Intégration en autoinformation, verticale, éloignement dans le QFU et entrée par l'extérieur du vent arrière.



Je ne suis pas mécontent de me poser. La fatigue se fait sentir après un réveil matinal et j'ai hâte de retrouver mes amis... Dès le parking, l'ambiance s'annonce passionnée. C'est Jeannot et Guillem qui font les placeurs ;-)

 


Comment décrire notre passage à Vesoul ? Comment décrire le plaisir de retrouver des amis de longues dates, de voir "pour de vrai" de nouveaux amis et surtout croiser le regard des enfants... ceux qui nous ont amené jusque là. Après tout c'est leur projet qui se concrétise. C'est une bande d'hurluberlu qui s'est transporté jusqu'à eux pour partager leur passion. Je vous invite à consulter les vidéos de Thierry et de Cédric pour prendre un peu mieux la température qu'au travers d'un simple billet sur un blog. Les créateurs ont encore frappés ! Bravo pour leur travail !

Repos et déjeuner mérités !





Hum... en décroisant les bras ce serait pas mieux ? ;-)


C'est vraiment très intimidé que nous nous mélangeons aux enfants et à leurs parents. C'est très intimidé encore que nous leur présentons nos avions. Tour à tour, nous les accueillons le mieux que nous pouvons en regard de leur accueil à Vesoul mais aussi de tous ces messages que Thierry nous a transmis. J'en sens certains intimidés, mais pas autant que moi.

Paul et Evelyne... et leurs caniches sont venus en hélico !
Encore un superbe cadeau pour les enfants


Tout le monde pose sagement pour la photo...
comme à l'école !


Guillem et Jeannot assure le vol et le contrôle virtuel
sous le regard des enfants et parents


Les t-shirt préparés par Christian


L'organisation de l'après-midi a prévu la constitution de plusieurs groupes d'enfants. Tout est l'huilé. Chaque groupe se répartie entre les deux DR400 et la salle du 1er étage de l'aéroclub ou Christian Burgat initie aux vols virtuels en réseau. Les questions fusent dans tous les sens. On sent une grande bande de passionnés !

 


Découverte du cockpit d'un DR400


Peps initie son passager


Les enfants aux commandes virtuelles


Aux alentours de 16h00, il est temps pour les parisiens de reprendre les airs. A contre coeur, car nous serions bien restés plus longtemps, bien sûr. Les baptêmes de l'air des enfants n'auront pas lieu avant notre départ à cause de l'avion de l'aéroclub de Vesoul coincé à Strasbourg. Nous n'aurons pas le bonheur de croiser les regards des enfants au retour de leur baptême. Thierry nous racontera. Presque tous les enfants auront volés ce jour. Un second groupe est prévu pour la semaine d'après. Quel final pour cette journée !



Nous partons en saluant les enfants et les parents... et en quittant nos amis. Reviendrons-nous un jour à Vesoul et sa piste "porte avions" ? En tout cas, nous croiserons au moins virtuellement ces amis...

Le retour se fait sans problème. Les copilotes font leur boulot pendant que les "commandants de bord se reposent" ;-))))


Sur le chemin du retour (Patrick et Nicola)


Notre retour prévoit un atterrissage sur une piste que j'avais connu lors de mon instruction : Joigny. Petit piste à mi chemin, en légère montée mais pas autant que Vesoul ;-)


Joigny en fin de vent arrière


Intégration sans problème, posé et de nouveau un changement d'équipage. Et enfin la dernière branche de cette journée. Après plus de 5 heures de vol, nous arrivons enfin à St-Cyr. Le Kilo-Golf en arrivant par l'ouest a fait une petite boucle vers le château où se marie mon instructeur Xavier. Le temps de faire un petit cercle pour saluer les convives et nous voilà en finale sur la 12 de St-Cyr.

Tous les équipages sont exténués tellement la journée a été intense. Levés à l'aube... arrivés après 19h00 et au milieu... tant de choses... tant de souvenirs... tant de sourires croisés, tant de rencontres enfin réelles.

Merci à tous ceux qui ont participé de près ou de loin à ce qui est à notre niveau un évènement. Merci aussi à tous ceux qui nous ont encouragé. Merci à tous ceux qui à Vesoul ont préparé notre arrivée. Tous ceux en virtuel sur IVAO qui se sont prêtés au jeu en réalisant le même vol et en occupant les contrôleurs dans l'après-midi. Tous ceux qui nous ont accompagnés dans nos avions de bois et de toile. Tous ceux qui nous ont suivi sur ce blog ou sur les différents forums et listes de diffusion.

Après presque 2 mois de préparation, un samedi qui couronne une année de "travail" des enfants ponctués de ces rencontres virtuelles, nous sommes épuisés mais nous avons la réelle impression d'avoir passé une journée exceptionnelle. Une journée rare.

Ah... il me reste un merci... MERCI AUX ENFANTS.

Un grand merci aux photographes : Cédric Cox, Gérard Parat, Guillem Josa, Christian Burgat, Thierry Marron, Phlippe Maudelonde et Ludovic Sardnal.

Chers pilotes.
Nous vous remercions de nous avoir offert cette journée géniale, c’était super. Paul nous a bien fait rire avec ses caniches et l’hélicoptère. Ca nous a fait très plaisir de voir un hélicoptère et deux DR400 au dessus de nos têtes.
On vous a rencontrés et on a vu que vous étiez très sympas.
Au début on ne se connaissait même pas, quand le maître nous parlait en langage « aviation » on ne comprenait rien avec « VOR, balise… » et là on parle presque aussi bien que le maître et maintenant c’est nos parents qui ne nous comprennent pas.
ENCORE UN GRAND MERCI A TOUS
Alan

Bonjour à tous
J’ai très bien aimé cette belle journée d’aviation. Avant je n’avais jamais vu le décollage d’un hélicoptère ou d’un avion. J’ai adoré quand on a visité un avion et c’était la première fois que je faisais du simulateur.
Jean-Nicolas

Chers pilotes
Merci pour avoir accepté de venir. Merci pour les T-shirts. Merci aux pilotes du club pour les baptêmes de l’air et pour toutes les activités. Moi ce que j’ai préféré c’est le baptême de l’air.
A bientôt.
Mathilde

Chers pilotes
Nous vous remercions d’avoir bien voulu venir nous voir et pour les baptêmes de l’air. Nous serions prêts à recommencer.
Steven

Salut à tous
Et merci pour cette journée. J’ai bien aimé faire du simulateur et monter dans un avion. J’espère que les caniches vont bien.
Océane

Bonjour à tous.
Je voulais vous dire merci pour samedi, c’était vraiment magnifique. Je n’ai pas fait de tour d’avion mais ce n’est pas grave car je l’avais déjà fait. J’espère qu’on se reverra bientôt parce que c’était génial de travailler avec vous. On s’est super bien amusé. Je vous adore.
Emilie M.

Hello
Coucou c’est moi Justine. Je voulais vous remercier pour ce cadeau vraiment génial, c’était trop cool. J’ai adoré le simulateur sauf que j’ai failli faire crasher l’avion.
Coucou « Charlie 10 », je voulais juste te dire bonjour. Au fait Paul, ils vont bien les caniches ?
Salut à tous et encore merci.
A très bientôt.
Justine

Chers pilotes.
Nous vous remercions d’avoir été présents le 1er juillet, ainsi que les autres qui n’ont pas pu passer participer au réel mais qui étaient là sur le simulateur.
La journée était géniale.
Cynthia

Chers pilotes.
Nous vous remercions pour cette journée magnifique. Merci à Paul qui nous a fait bien rire avec l’hélicoptère et les caniches.
Les baptêmes de l’air c’était génial aussi, les pilotes sont super sympas de nous avoir offert cette journée fabuleuse.
Mélanie

Chers pilotes
On vous remercie de tout cœur de nous avoir offert cette journée et le tour d’avion du pilote du club de Vesoul. C’était génial le baptême de l’air. Ce serait super de recommencer.
Léa

Chers amis.
Merci pour cette journée et Paul tu nous as bien fait rire avec ton hélicoptère.
A bientôt
Matthieu

Chers pilotes.
Nous vous remercions pour ce samedi 1er juillet. Tout le monde s’est bien amusé. Il y en a qui ont fait un tour d’avion et les autres iront bientôt le faire.
Merci encore
Jérémy

Bonjour
Merci pour samedi, on s’est bien amusé. J’ai adoré conduire le simulateur.
Julie

Bonjour les pilotes.
Nous vous remercions d’être venus le 1er juillet à l’aéroclub de Frotey. C’était vraiment super. Dommage que vous n’êtes pas restés plus longtemps.
A bientôt
Adeline

Chers pilotes.
Merci beaucoup pour l’après-midi que vous nous avez fait passer. Et en particulier l’essayage du simulateur. Je n’oublierai jamais ce que j’ai vu depuis l’avion et je dis un grand merci au pilote qui m’a fait faire mon baptême de l’air.
Au revoir.
Martin

Bonjour à tous les pilotes et à l’aéroclub et merci beaucoup de bien avoir voulu nous recevoir.
Emilie B

Bonjour les pilotes.
Merci à tous pour ce que vous avez fait pour nous. C’était trop cool. Les avions c’était trop bien. J’aurais bien aimé jouer avec le simulateur. C’était bien en hélicoptère avec les caniches ?
Quentin.

Salut les pilotes.
D’abord un gros salut mais surtout un énorme, le plus gros des gros de tous les mercis du monde aéronautique ! Nous sommes tous heureux de ce que vous avez fait pour nous car c’était énorme. Alors on se dit au revoir et encore merci.
Jessica

Salut à tous
On vous remercie d’être venus nous voir à l’aéroclub de Vesoul Frotey.
On a tous aimé ce que vous avez fait et les baptêmes de l’air et il y avait aussi le simulateur qui m’a bien plu. Merci pour cette belle journée.
Lucie.

Bonjour
Merci d’être venus nous voir à l’aéroclub de Vesoul-frotey. C’était super bien, surtout quand on a vu les 2 caniches sous la table. Nous nous sommes bien amusés. Les caniches devaient avoir peur dans l’hélicoptère, surtout sans casque.
Au revoir.
Aurélien

Salut à tous les pilotes
Merci d’être venus passer une superbe journée à l’aéroclub avec nous. Le samedi 1er juillet.
Le simulateur c’était génial et les baptêmes de l’air aussi. Et merci encore pour cette superbe journée
Xavier

6 commentaires:

cedcox a dit…

Encore un récit et des photos qui me font avoir la gorge sérrée...

Cela faisait longtemps que je n'avais pas eu une journée où la solidarité, le plaisir de partager et l'amitié était au rendez vous.

Tout simplement merci...

Ludo a dit…

Tu dis ne pas être écrivain, mais tu as su, dans ce récit, parfaitement traduire les émotions qui nous ont tous élevées dans les airs tout au long de cette mémorable journée.
L'amitié partagée a été forte, d'autant plus qu'elle est si rare.

Merci de m'avoir accepté

Ludo

Philippe a dit…

J'en suis tout " noué " ...
Que c'est beau l'amitié !!!

Avec elle, nous pouvons faire de " grandes " choses en ce bas monde, c'est réconfortant.
Merci Vincent

Philippe

Thierry a dit…

Je ne me lasse pas de te relire et que de souvenir à chaque fois !
La plus belle leçon à tirer de cette journée est l'amitié qui s'en est dégagée, ce qui montre bien que le virtuel, quand il est bien utilisé par des gens qui ont cet esprit, est un formidable tremplin vers des liens réels.
Encore bravo et merci à tous.
On recommence quand ????
Amitiés
Thierry

lepingouin a dit…

Je crois que nous sommes devenus quelque part aussi des (grands) enfants pendant cette journée !

Merci à tous
Gérard

Matthieu a dit…

Bonsoir !
Magnifique récit !
Des nouvelles du F-GABZ, il est maintenant basé sur l'aérodrome de St-Quentin - Roupy, LFOW, l'aéroclub de l'Aisne en est le propriétaire, et nous venons de faire retirer le logo "Locavions services", et d'y installer un GPS KMD 150 !
J'espère que tout va bien de votre côté!
Bons vols à tous !
Matthieu

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...