7.5.11

FarEast, 3ème jour : “Bimini : 15 minutes d’arrêt ! Bimini, 15 minutes d’arrêt”

Pour rejoindre les Bahamas, la route est simple à partir de Key West : on remonte les Keys vers le nord-est, on passe le terrain de Marathon, puis c’est tout droit en laissant la Floride sur notre gauche. Ca vaut une nav. ? 150 nm et 1h30 de vol. La Floride est vraiment minuscule comparée aux FarWest.

image

image Bien sûr, aller aux Bahamas implique quelques précautions. Beaucoup de sites web en parle, le Bahamas & Caribean Pilot’s Guide aussi. Bien sûr, j’ai aussi un Marc-Olivier sous la main, adepte des procédures et mine d’or dans ce genre de voyage. Sans lui, je serais encore à CDG ;-) De la chambre d’hôtel et avec nos portables, on achète donc le DECAL de l’avion (une sorte de taxe pour tous les frais de douane liés à l’avion), on remplit l’eAPIS (pour traverser une frontière des USA), on passe un plan de vol D-VFR (Defense VFR) via DUAT. J’appelle aussi les douanes de Bimini aux Bahamas que nous avons choisi comme port d’arrivée (Port of Entry). Je m’assure qu’il y a bien quelqu’un et que les formulaires C7A pourront être remplis sur place en 3 exemplaires comme spécifiés. Ouf. Je vous passe la météo, les NOTAM, les TFR et autres préparations classiques d’un vol VFR aux US.

DSC03583-Picasa Dans le FBO à Nassau, je jette un oeil sur les meilleurs moments du  mariage royal !

DSC03589-PicasaDSC03585
Pour ne pas être garé à perpette, notre avion est enchevetré avec les autres

Après avoir bien sué dans l’avion, parce que je m’y étais mal pris pour démarrer le Cessna (vive l’injection lorsqu’il fait chaud), nous nous envolons sans problème.

image

Quoique qu’avec la base navale militaire juste à côté – au nom évocateur de Boca Chica - et sa classe Delta, je suis un peu contraint de faire un petit tour sur la mer… Surtout après avoir reçu de Key West Approach ce message :

“Turn immediatly 180 due to fighters recovery in progress.”

Au début j’ai cru qu’il parlait de Piper (au lieu de “fighters”). Bizarre ;-) Le “recovery” ne me disait rien non plus. Marc-Olivier m’explique : deux chasseurs tombent comme des pierres à la verticale du terrain. Effectivement, je verrais la patrouille de F18 au break. Ca fait toujours bizarre à bord de son truc métallique à ailes hautes, de devoir faire des tours sur la mer pour laisser passer deux chasseurs. Priorité au plus gros et plus armés !

Nous quittons Key West Approach et remontons la US1 jusqu’à Key Largo.

DSC03593-PicasaDSC03599-Picasa
Nous volons si peu haut (pour ne pas dire bas) que nous captons
les réseaux Wifi !

DSC03595-Picasa

DSC03611-Picasa 
 DSC03608-Picasa

Plus on remonte vers le nord et plus commencent les couleurs de cartes postales des Bahamas. J’ai l’impression de regarder les textures de Flight Simulator ;-) Et ça ne fait que commencer.

DSC03622-Picasa

DSC03643-Picasa

Traversée maritime : les gilets sont de rigueur. Peu esthétiques (ce n’est pas ce qu’on leur demande), ajoutés à la chaleur et aux ceintures des nouveaux Cessna, nous ne sommes pas vraiment à l’aise. Mais on s’y fera, certainement emportés par le paysage.

vlcsnap-2011-04-30-00h59m11s134-Picasa

Le manuel de vol dans les mains de Marc-Olivier pour afficher les bons paramètres de croisière. Ce G1000 n’avait pas de CheckList intégré.

DSC03655-Picasa

Grâce à toute l’électronique embarquée (on compte environ 6 GPS à bord entre le G1000, le 496, le GPS des iPad et autres iPhones), il n’est pas difficile de situer à la seconde près, le passage de la fameuse ADIZ (Air Defense Identification Zone) qui marque la sortie du territoire américain. J’en informe Miami Center, pour faire les choses proprement, mais mon anglais doit-être si déplorable que cela les laisse de marbre.

imagePremière intégration à South Bimini (MYBS), sur le territoire Bahamien, en auto-information… sans problème si ce n’est les couleurs qui sont renversantes. Ca me change de St-Cyr et le dépaysement est à l’ordre du jour ! Je sens qu’on va s’amuser aux Bahamas !

vlcsnap-2011-05-07-19h19m25s205.pngFinale 27 à South Bimini vue par la caméra Drift

DSC03661-Picasa DSC03659-Picasa

Nous entrons en contact avec les autorités des douanes des Bahamas ;-) Ambiance détendue. Deux officiers nous accueillent. On a un peu l’impression de les avoir réveillé. Un des deux, dors encore sur son pupitre. Une énorme pile de formulaire est à la disposition des pilotes. Ils ont l’habitude. Nous devons remplir trois C7 et un C7A qui va nous accompagner et être tamponné à chaque stop dans les Bahamas. Un tampon pour entrer (IN) et un tampon pour sortir (OUT) à chaque terrain ;-)

PIC_0495

Le “terminal” (notez les guillemets) est désert. Nous utilisons aussi le téléphone mis à disposition des pilotes (nous l’appellerons le "“téléphone bleu”) pour clôturer le plan de vol et en ouvrir un nouveau vers Nassau.

PIC_0493

Nous remettons en route après avoir salué l’administration locale ;-) Direction NASSAU !

GOPR1971-Picasa

 DSC03668-Picasa Quel confort d’avoir cette immense Moving Map sous les yeux !
Seule déception, le service météo xm-Weather s’est arrêté en quittant les USA ;-(

Nassau n’était que notre première base de départ pour les Bahamas. Pourquoi Nassau ? Le problème des Bahamas reste tout de même le prix des hôtels. C’est sûr qu’on ne peut pas avoir une île quasi-déserte, un seul hôtel ou resort et espérer faire du PriceLine pour avoir des hôtels à 60$ ! Nous avons donc choisi pour notre première nuit aux Bahamas, la grande ile “New Providence Island” où PriceLine fonctionne à plein. Bien sûr, ce ne sera pas l’Atlantis, mais on va pas faire la fine bouche !

image DSC03692-Picasa

GOPR1968-Picasa

Marc-Olivier se fait vectorer dès la prise de contact avec Nassau Approach. La radio est encombrée des trafics dans tous les sens et on ressent bien que nous sommes sur le plus gros terrains des Bahamas. De vecteur en vecteur, nous voilà en longue finale derrière un MD ou un Boeing ou un Airbus ou bien même un petit bi-moteur comme il y en a plein dans ces îles. J’ai oublié.

DSC03702-Picasa

DSC03694-Picasa

Nous voilà posé à Lynden Pindling International (MYNN) que nous appellerons affectueusement “Litle Bling-Bling”. On trouve tant bien que mal le parking d’aviation général, rempli d’avion mais pas d’assistance. On se gare où on veut, on cale l’avion avec ce que l’on trouve. Petit cafouillage avec le loueur de voiture, puis une adaptation à la conduite à gauche (ambiance anglaise oblige) et nous voilà en direction du Sheraton Nassau ($70 avec Priceline, mais $40 de frais de resort surprise ;-). Les valises jetées dans la chambre et nous filons déjeuner (petit-déjeuner ? diner ?) et surtout nous  baigner ! Grosse journée et des images incroyables en tête. Ca ne fait que commencer.

GOPR2024-Picasa GOPR2023

GOPR2018

Dur, dur la vie d’un FarEst-ien !

GOPR2000

7 commentaires:

gat a dit…

Ca donne envie :D

Franck a dit…

Magnifique, comme toujours.
Merci Vincent.

Franck a dit…

Il serait peut être temps de bronzer du torse !
;o)

jeplane a dit…

Dommage. Après Concord, on se sera rate aussi dans les Bahamas! Je sors de Marsh Harbor.
Enfin, ton commentaire est plus sympa. Je ne saurai pas comment remplir tous ces formulaires sans le "handler"!
Bon, c'est pas tous ca, on va au Costa-Rica maintenant. On va se rater la aussi, c'est trop loin en 172...
Richard
Chauffeur de limo.

Romdu69 créations a dit…

Très beau récit, comme toujours. ;)

Christophe a dit…

Formidable, ça donne envie d'aller voir de près... beau récit !

Christophe

Vincent B. a dit…

Merci à tous pour vos messages !

@ Franck L. : c'est pas faux ;-) Mais en fait je me protège du soleil.

@Richard : Mais c'est pas vrai ! On va jamais y arriver ou bien alors par hasard ! Alors pour tes tablettes : je serais à LA/SD vers le 15, 16 juillet... et de retour en août (vers le 5 -> 25) dans le triangle infernal SD - Vegas - SF ou à peu près ;-)

Restez en fréquence, les autres récits des autres journées arrivent.

Encore merci.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...